Cuphead “Don’t deal with the Devil” : ça cartooon !

Introduction:

Cuphead “Don’t deal with the Devil” autrement dit “On ne deal pas avec Satan” est un jeu indépendant qui a été développé par le studio MDHR. Il a été présenté pour la première fois à l’E3 en 2014 et le jeu est finalement sorti le 29 septembre 2017. Le jeu est disponible sur PC et Xbox One. Vous devez vous demander pourquoi je vous parle de ce jeu ? Rien qu’au premier coup d’œil, on remarque que le jeu propose un style visuel old school qui nous rappelle les vieux dessins animés américains des années 30. Mais c’est bien plus qu’un clin d’œil à Popey ou à Betty Boop car le studio a également utilisé les mêmes techniques qu’à l’époque. Je ne sais pas si vous vous rendez compte du travail artistique effectué. C’est digne des premières productions de Disney. Rien n’a été laissé au hasard et le jeu est extrêmement coloré, en plus d’être complètement fluide. J’espère que vous aimez les Shoot’em up car celui-ci est particulier. En quoi est-il si particulier ? Pour que vous puissiez mieux comprendre, laissez-moi vous raconter l’histoire du jeu.

L’histoire:

 

Deux écoliers Cuphead et Mugman décidèrent un jour de quitter cette vie paisible afin de partir à l’aventure. C’est ainsi qu’ils se sont retrouvés à jouer dans le casino du diable. Vous vous doutez bien que les choses ne se sont pas déroulées comme prévu : eh oui, le diable avait truqué les jeux. Cuphead et Mugman se sont très vite retrouvés débiteurs et le diable est devenu leur créancier. Lucifer décide de passer un marché avec eux. Ils auront la vie sauve seulement s’ils récupèrent des âmes qui lui sont dues et en échange leur dette sera effacée. C’est dans ce contexte que vous partez en mission à travers les 3 îles du jeu.

 

1. CupHead et Mugman quittent leur paix :

 

Au lieu de vivre le moment présent, de vivre en paix et dans le contentement, on décide d’abandonner notre situation par désir de nouveauté ou pour le goût de l’aventure. Mais parfois en suivant cette voie, il y a une impasse. On se retrouve donc responsable et acteur de notre adversité. Par exemple Cuphead et Mugman se portaient très bien dans leur monde imaginaire, ils ont préféré quitter cette belle vie pour se retrouver sous la coupe (ou la cup ?) de Lucifer. Qu’est-ce que la paix ? La paix, c’est ressentir un calme dans son for intérieur, et cela va bien souvent de pair avec le sentiment de joie. La paix peut aussi être apportée par le biais d’une situation ou de circonstances extérieurs. Par exemple, nous avons des pays qui ne sont plus en guerre et où les droits fondamentaux de l’Homme sont respectés. Dans certains cas on peut demeurer en paix alors que la situation est critique. C’était le cas de l’apôtre Paul quand il était en prison.
Paul a écrit : “J’ai appris à me contenter de l’état où je me trouve” Philippiens 4. 11
La paix est un sentiment qui n’est pas durable mais la paix que donne Dieu aux chrétiens peut aller plus loin pour ainsi dépasser la notion de sentiment.
Jésus lui-même a dit un jour : Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point.
La paix est aussi un fruit de l’esprit : « L’amour, la joie, la paix » Galates 5:22 Pour certains croyants, le fait de devenir chrétien et de mener une vie différente et vertueuse leur a apporté plus de problèmes que s’ils étaient restés non-chrétiens, voire même des persécutions. Mais comme Paul, on peut garder la paix même au milieu des difficultés.
Quelle valeur donne-t-on à la paix ? Quand vous êtes dans une situation agréable et qu’un choix s’offre à vous, posez-vous la question de savoir si cela vaut le coup et s’y vous n’y perdriez pas votre paix. Dans le cas de CupHead et Mugman, leur décision leur a coûté leur âme.

 

2. On ne Deal pas avec Satan:

                                                              
                                                                                    Affiche du jeu Cuphead
CupHead et Mugman se sont fait avoir par les dés pipés de Lucifer, et se sont retrouvés avec une épée de Damocles au-dessus de la tête. Cette œuvre retransmet bien l’idée commune que l’on a de Satan. En somme c’est un voleur, un arnaqueur, un tricheur et un menteur. Le personnage qui représente Satan est une pure caricature de l’image burlesque, effrayante et vicieuse qu’on peut avoir du Diable, et ce même sur le plan graphique. On est loin du maître des enfers super stylé que l’on peut voir dans la série « Lucifer » qui a débuté en 2016. Ce dernier est loin d’être effrayant, il a même l’air d’avoir une part d’humanité. On est loin de la caricature du jeu. Cuphead et Mugman perdent leur joie en laissant place à l’amertume. La bible décrit la stratégie de Satan de plusieurs manières :
  • Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire (Jean 10:10)
  • Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. (1 Pierre 5 :8)
  • Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge. (Jean 8:44 )

Dans le jeu, on retrouve tous ces différents aspects dans la représentation du Diable. On est loin de la série où Lucifer peut être ton pote. Ici on ne peut pas lui faire confiance. Dans cette histoire Cuphead et Mugman se sont fait avoir. Et nous aussi dans notre vraie vie on peut se faire avoir. Il faut donc rester vigilant dans notre attitude.

Affiche de la série Lucifer

 

3. Deux têtes à sauver mais pas de princesse à sauver:

 

Dans ce jeu il n’y a pas de fille à sauver cependant vous allez devoir sauver vos âmes.
L’ennemi poursuit mon âme, Il foule à terre ma vie ; Il me fait habiter dans les ténèbres, Comme ceux qui sont morts depuis longtemps. Psaumes 14:3
Ce serait le genre de complainte que pourrait chanter Cupman et Mugman vu leur situation désespérante. Mais ils ne se laissent pas abattre et ils vont décider de partir à l’assaut des nombreux boss répartis dans leur monde, alors préparez-vous à affronter des boss au character design rétro et très burlesques ! Vous allez devoir analyser leurs points faibles pour pouvoir les battre tout en gardant à l’esprit que chaque combat se compose de plusieurs phases. Le niveau de difficulté de CupHead est vraiment très élevé. Il va falloir batailler pour sauver vos âmes. Ce qui est diabolique, c’est sans doute le fait qu’il n’y ait aucune indication concernant la barre de santé de vos ennemis, ni d’indication quant à l’effet de vos coups. Il n’y a pas de checkpoint entre les différentes phases. La seule indication que vous avez apparait au moment de votre mort, où apparait un écran donnant un aperçu de votre avancement dans le niveau, ou de la prochaine phase du boss parmi celles restantes avant sa mort. Tout cela pour rendre plus compliqué de sauver l’âme de nos héros dans le jeu.
                                                             
                                                                         image extrait du jeu cuphead

Conclusion :

C’est un très bon jeu, avec une très belle direction artistique. Il faudra cependant être patient pour en venir à bout donc si vous avez le ragequit facile, ça risquera d’être un peu compliqué pour vous ! Côté sonore, la musique vous met vraiment dans l’ambiance. Et pour finir, je pense que c’est un jeu qui est très intéressant à analyser sur le plan théologique. Si vous avez la paix en vous, alors conservez-la. Ne dealez jamais avec le Diable car vous ne ferez pas le poids. Du point de vue du Christianisme, il n’y pas d’effort supplémentaire à faire car c’est par grâce que nous sommes sauvés, par le moyen de la foi en Jésus Christ. Tout a déjà été accompli, nous n’avons plus à galérer comme Cupman et Mugman. . Et puis concernant la paix Jésus dit lui même: Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur cesse de se troubler et de craindre. Jean 14:7